Les outils du trader

Les acquisitions et cessions boursières ne s’improvisent pas. Elles se fondent sur des données mathématiques, ce qui impose de recourir à des outils spécifiques.

Certains sont de type purement informatif : presse économique, rapports annuels des entreprises les plus cotées, agenda et mémo personnels du trader, lesquels lui permettent d’affiner ses stratégies et de comparer avec ses propres observations les tendances mises en exergue par les analystes.

Bien-évidemment, il est nécessaire d’utiliser, pour mandater ses opérations et surveiller l’évolution de ses placements, un logiciel efficace, rapatriable sur tablette ou smartphone, ou, sinon, une plate-forme Internet dédiée.

Enfin, il s’agit de s’appuyer sur des dispositifs statistiques éprouvés, parmi lesquels :

  • - Les chandeliers japonais, qui fournissent un aperçu des cours en temps réel (graphique en forme de bougie blanche pour des données à la hausse, en forme de bougie noire pour des données à la baisse)
  • - Les points de pivot qui, basés sur les cours de la veille, suggèrent sur quelles valeurs focaliser son attention Les retracements de Fibonaci, courbes de variation des titres aidant à prévoir quand leur prix montera et se consolidera
  • - Les signaux de trading, faciles à calculer par le biais de programmes dédiés, et indiquant quelles sont les périodes les plus opportunes pour acheter et vendre
  • - La pyramide de Gann, augurant de l’évolution des cours à long terme ; basée sur le positionnement de carrés et de racines carrées dans les angles d’un schéma, elle est plutôt réservée aux boursicoteurs chevronnés.

Ce n’est, en définitive, qu’en corrélant toute une batterie d’indicateurs, que l’on perfectionne et rentabilise son activité de trading.